Vol de Bicyclettes: Se Défendre

Lire cette page in English
en español

Stratégies policières et organisationnelles pour un cyclisme plus sécuritaire

Un porte-bagages reste enchaîné à une clôture après qu'un voleur eu volé le vélo

Le verrouillage adéquat consiste à passer le cadenas dans la roue et le cadre et attaché à un support ou un poteau à vélo sécurisé.

Certaines villes à travers l’Amérique du Nord font la promotion de l’écologie et de la santé grâce au transport durable. Les pistes cyclables intégrées et les réseaux de transport en commun font la promotion du vélo comme étant un moyen de transport peu dispendieux, amusant et actif. Une telle infrastructure peut aider à réduire la congestion, amener plus de gens vers les vendeurs de rue et animer une communauté locale. La Ligue des Cyclistes Américains montre une croissance de 51% des déplacements à bicyclettes de 2000 à 2016. Tous les types d’investissements dans les infrastructures peuvent faire la différence.

Pourtant, le fort impact provenant du vol de bicyclettes défie cette tendance. L’expérience d’un vol de vélo peut être dérangeante ou assez coûteuse et provoquer un désintérêt pour le cyclisme: plusieurs études montrent qu’environ 7% des victimes ne remplacent pas leur vélo volé et abandonnent tout simplement cette activité.

Les victimes ne signalent pas toujours le vol de bicyclettes, il est donc difficile de concevoir l’ampleur du problème: une Enquête Internationale sur les Victimes d’Actes Criminels réalisée en 2000 a démontré que seulement 56% des victimes ont déclaré s’être fait voler leur bicyclette. Les cyclistes ont souvent l’impression que le vol de bicyclette est considéré comme un crime sans importance. Effectivement, il y a une part de vérité: même si la bicyclette est le principal mode de transport de la victime, beaucoup sont évaluées à moins de 1000$ et donc voler un vélo n’est pas un crime. Cumulativement, cependant, la perte est ahurissante: les estimations suggèrent que le vol de vélo génère un demi-milliard de dollars pour les voleurs en Amérique du Nord chaque année.

Le crime est si commun qu’il provoque aussi un sentiment d’inévitabilité. Une série d’études à Montréal démontre que la moitié des cyclistes actifs ont été victimes de vols au cours de leur vie et que plus le cycliste est dévoué, plus il est probable qu’il se fasse voler son vélo.

Un homme coupant le cadenas à chaîne sur un vélo fixé à un panneau de signalisation
Les cadenas en U sont un meilleur moyen de dissuasion que les cadenas à chaîne et les supports à vélo plus sécuritaires que les poteaux de signalisation.

Les cyclistes font ce qu’ils peuvent pour empêcher le vol de bicyclette. L’étude de Montréal démontre que les bicyclettes correctement verrouillées – attachées par un cadenas en U (U-lock) à un porte-bicyclettes sécurisé – ne sont généralement pas ciblées à court terme. Cependant, s’il est laissé seul pour plus de deux heures et surtout s’il est laissé sans surveillance pendant la nuit, même un vélo bien verrouillé peut être ciblé par un voleur professionnel.

Le vol diminue grandement certains des efforts déployés par les villes pour promouvoir un achalandage sain. Que peuvent faire les villes, la police et les cyclistes pour se défendre?

Pourquoi les vélos sont des cibles pour le vol

Les vélos s’inscrivent dans le profil de cible de vol «CRAVED» en anglais décrit par les criminologues pour expliquer pourquoi certains biens sont plus ciblés que d’autres. Les objets souhaités sont:

  • Dissimulable—un voleur à bicyclette est discret et se déplace rapidement
  • Amovible—surtout lorsqu’il est mal verrouillé
  • Disponible—l’augmentation de l’achalandage signifie plus de vélos à voler (et plus de gens à qui les vendre)
  • De Valeur—les vélos peuvent varier de prix de centaines à des milliers de dollars
  • Agréable—le quart des vols de vélos est tout simplement pour faire une balade
  • Jetable—la vente de vélos est facile sur Craigslist, de personne à personne, et à travers la revente.

Pour les voleurs professionnels et opportunistes, les bicyclettes représentent de l’argent facile et sans risque.

Une étude menée à Portland en Oregon, l’une des villes les plus favorables à la bicyclette au pays, a démontré que seulement 2% des vols de vélos déclarés en 2014 se sont terminés par une arrestation. L’absence de conséquences sérieuses sur le vol de bicyclettes en fait un crime sans risque pour beaucoup de petits voleurs.

Dans le journal The Guardian, un voleur de vélo réformé a parlé de cette facilité. “Il y a une très faible chance de vous faire attraper quand vous êtes en train de voler des vélos. Vous le déverrouillez, embarquez dessus et vous êtes parti”. Il décrit avoir volé des vélos afin de soutenir sa toxicomanie. Il ne s’inquiétait pas de les vendre à leur pleine valeur, sachant très bien que parfois il ne recevait que 1% de ce que valait la bicyclette.

Les voleurs de bicyclettes professionnels, plus organisés et intéressés par des bicyclettes valant plus chères afin de faire plus d’argent, considèrent également le vol comme une activité comportant peu de risques. Dans le Cycling Magazine, un voleur raconte ses quatre années à voler des bicyclettes haut de gamme pour la revente. “Au début, c’était un jeu au hasard. Prendre le vélo et partir tout simplement mais au fil du temps lorsque nous avons découvert qu’il y avait de l’argent à faire, nous avons amélioré notre approche. Par exemple, s’il ne pouvait pas se vendre pour plus de 200£ alors il ne serait pas volé. “

Dans les deux cas, les criminels n’ont pas été découragés par la menace de poursuites car ils pensaient que c’était improbable qu’ils se fassent prendre. Ils ont tous les deux été actifs pendant de nombreuses années puisque les vélos volés représentaient de l’argent facile et sans risque.

Faire la surveillance d’une tâche difficile

Ce n’est pas que la police ne se préoccupe pas du vol de bicyclettes mais plutôt parce qu’il est très difficile à suivre. Certaines juridictions ont des brigades à bicyclettes spécialisées afin de protéger les cyclistes et leurs biens. Les policiers appartenant à ces brigades sont généralement eux-mêmes des cyclistes dévoués et se sentent souvent offensés du fait que même les bicyclettes récupérées soient rarement retournées à leurs propriétaires.

Il y a quelques raisons pour lesquelles ces agents engagés ont de la difficulté. Le vol de vélo est un crime discret qui se produit rapidement donc il est difficile d’attraper quelqu’un en train de voler. Contrairement à d’autres crimes, les victimes ne connaissent généralement pas les criminels qui les ont visées, il est donc encore plus difficile d’ouvrir une enquête. Lorsque les voleurs de vélos se font attraper, la preuve de propriété est un véritable problème. Souvent, les propriétaires de bicyclettes n’ont pas de numéros de série ou de reçus prouvant leur propriété. S’il n’y a aucune preuve que le vélo a été volé, un voleur peut sortir de détention préventive avec celui-ci sans problème.

Cependant, il existe plusieurs approches policières qui font une différence dans l’occurrence du vol de vélo et le retour à son véritable propriétaire lorsqu’il est trouvé.

Un vélo décoré est verrouillé à un support à vélos à la fois avec un cadenas à chaîne et en U
Verrouiller une bicyclette à un support à vélos à l’aide de deux cadenas peut aider à en dissuader le vol.

Vélos de leurres

Les programmes de vélos de leurres sont un autre moyen de dissuader le vol dans les zones à forte criminalité. Sur les campus et dans certaines zones, les vélos de leurres sont marqués par des étiquettes RFID: lorsqu’ils commencent à circuler, les autorités sont averties. Les programmes bien conçus de vélos de leurres ont un effet dissuasif sur les crimes opportunistes et peuvent aider à capturer les délinquants chroniques qui commettent la plupart des crimes dans un territoire.

Le mouvement du vélo de leurres est mené par la police sur le campus de l’Université de Madison, au Wisconsin, où les vols ont diminué de 40% la première année et où le taux d’arrestations a doublé. Cette stratégie est adoptée présentement dans plusieurs villes des États-Unis et du Canada.

Des casiers à vélos en forme rectangulaire offrent un stationnement sécurisé devant un édifice
Les casiers à vélo permettent aux cyclistes de ranger leurs vélos en toute sécurité pendant de longues durées.

Une tendance croissante au sein des cyclistes dont les vélos sont volés est de retrouver leur bicyclette sur Craigslist, puis de le voler ou de le racheter. Bien que la police comprenne les raisons pour lesquelles un cycliste pourrait faire cela, ils mettent toutefois les gens en garde contre le fait de se faire justice soi-même car cela a parfois mené à des résultats violents. L’appel d’un policier devrait être la première approche d’un cycliste s’il retrouve leur bicyclette volée.

La police suggère que si un cycliste possède un numéro de série, il devient beaucoup plus facile de trouver et de retourner le vélo. Une des précautions qu’un cycliste peut prendre est de maintenir un dossier avec des informations sur son vélo contenant des photos, un numéro de série et des reçus d’achat. Si un cycliste découvre que son vélo a été volé, il doit le signaler immédiatement: à tout le moins, cela permettra à la police de rejeter la plainte d’un criminel selon laquelle une bicyclette lui appartient légalement.