Équilibrer la Sécurité et l’Attrait dans l’Urbanisme

Lire cette page in English
en español

Sécurité de périmètre économique et orienté vers l’humain

Des gens attendent à un passage pour piétons dans une rue de la ville pendant que les voitures passent devant
Les quartiers vivants requièrent des urbanistes qui feront en sorte d’accueillir les gens dans des espaces sécurisés.

Quand il s’agit de développement urbain et de planification, les communautés gèrent des objectifs concurrents. D’un côté, la place publique connaît une renaissance. Les recherches confirment que les rues piétonnes et les quartiers accessibles aux piétons forment des villes saines et attrayantes. Les rues animées incitent les gens à marcher, à jouer, à manger et à magasiner, ce qui entraîne de nombreux avantages. La marche favorise la santé individuelle et est bonne pour l’environnement, l’engagement communautaire favorise la santé sociale et l’activité au niveau de la rue est un bénéfice pour les entreprises et l’économie locales. Pourtant, même avec l’arrivée de changement vital, les bulletins de nouvelles parlent trop souvent de nouvelles attaques terroristes. La ville et les urbanistes doivent équilibrer la sécurité des personnes sans pour autant sacrifier les espaces d’accueil qui encouragent les gens à se rassembler. Dans la plupart des communautés, un budget limité est une autre considération.

Sécurité du périmètre anti-terroriste

Depuis longtemps, le terrorisme véhiculaire dans les espaces publics servait au transport d’explosifs. La première occurrence d’une «voiture piégée» a eu lieu en 1920, lorsqu’un chariot tiré par un cheval transportant 100 livres de dynamite et 500 livres de shrapnel a explosé à Wall Street. Les attaques dévastatrices ont continué pendant “Les Problèmes” avec l’IRA et à Oklahoma City. La tragédie du 11 septembre et la discussion qui s’en est suivi sur le terrorisme dans les zones urbaines au pays et à l’étranger ont créé un sentiment d’urgence pour que les villes mettent en place un moyen d’empêcher les camions ou les voitures piégées. Les conséquences de ne pas agir ainsi peuvent être accablantes: en octobre 2017, un seul camion piégé à Mogadiscio a explosé à côté d’un hôtel, tuant au moins 512 personnes à la suite de l’explosion initiale et à cause de la destruction catastrophique du bâtiment. La recherche aux États-Unis s’est concentrée sur les moyens de sécuriser les zones contre ces attaques sans que les gens se sentent comme s’ils vivaient dans un bunker. Les clôtures et les murs peuvent empêcher les véhicules de se rapprocher, mais ils bloquent également la rue et donnent le sentiment de vivre dans une zone militarisée. Au lieu de cela, la solution a été d’installer des barrières qui permettent la circulation des piétons tout en arrêtant les véhicules.

Les dernières années ont été marquées par une augmentation des attaques de véhicules sans explosif. Avant 2001, lorsque les voitures heurtaient des piétons, c’était généralement à cause d’un accident ou d’une conduite avec facultés affaiblies. Les collisions délibérées étaient rares et liées à la maladie mentale, à la rage au volant ou aux meurtres ciblés. En février 2001, un homme en Israël a été arrêté pour avoir renversé des soldats israéliens au volant d’un autobus. Puis, en 2006, un magazine appartenant supposément à Al-Qaïda a publié un article encourageant l’utilisation de camionnettes pour le terrorisme. Plutôt que de livrer des explosifs, l’article suggérait que la terreur pouvait se propager en conduisant directement sur des groupes de personnes. Depuis cette publication, le monde a vu une tendance croissante de l’utilisation du ciblage des piétons dans le terrorisme, bien que ce soit encore rare. L’année 2017 a connu le plus grand nombre d’attaques de véhicules contre des piétons dans le monde entier, avec sept incidents distincts tuant 50 personnes et en blessant plus de 100.

En réaction à cette nouvelle menace, les communautés réfléchissent à la manière d’accroître la sécurité dans les lieux publics. La sécurité du périmètre n’est plus seulement une préoccupation pour les bâtiments et les sites.

Des bornes à tête de cheval uniques sur la Bourbon St. s'intègrent à l'architecture d’autrefois
Des bornes à tête de cheval uniques fournissent une sécurité sans nuire à l’ambiance de la Bourbon St.

Trouver un équilibre

Aucune ville ne veut se transformer en forteresse de protection. Personne ne veut détruire, par des mesures de sécurité, les communautés actives que certaines personnes travaillent durement à protéger et à prendre soin. Pourtant, un sentiment de sécurité est important pour profiter pleinement des  espaces publics.

En réponse, les concepteurs, les planificateurs, les ingénieurs et les architectes ont trouvé des solutions créatives pour assurer la sécurité tout en accueillant les gens dans les quartiers piétonniers. Ces mesures de sécurité doivent respecter les points de vue et les paysages de la rue, offrir un accès aux personnes à mobilité réduite, créer des espaces de rassemblement sécuritaires et se fondre dans les styles architecturaux locaux afin de minimiser l’interruption de la vie urbaine.

Le défi consiste à mettre en œuvre ces mesures à moindre coût. Après tout, la planification de la sécurité n’est qu’une partie d’un budget global de planification et des fonds sont encore nécessaires pour encourager l’investissement et le développement par d’autres moyens.

Sécurité en urbanisme

En 2007, la FEMA a publié un article complet portant sur la sécurité dans la conception urbaine et de site. Le document considère l’équilibre entre la sécurité et la convivialité. Pour répondre à ces deux besoins, l’analyse examine une variété d’équipements de site qui peuvent être renforcés pour fournir des barrières contre les véhicules sans gêner les utilisateurs ou dénaturer le paysage. Les installations publiques communes comme les sièges, les abreuvoirs, les stationnements pour vélos, les planteurs, les murs et les clôtures décoratives peuvent être fortifiés pour fournir un périmètre. Les éléments de navigation de la circulation tels que les lampadaires, les panneaux de signalisation et les bornes sont également des éléments de sécurité discrets. Les rochers et les arbres, donc à la maison dans de nombreux contextes, peuvent assurer à la fois la protection et la sécurité.

Cet article de la FEMA indique qu’un mélange de barrières est généralement le meilleur choix pour sécuriser une zone. La répétition monotone d’un seul élément sur des centaines de pieds est une conception de piètre qualité qui peut rendre les caractéristiques de sécurité intégrées plus évidentes et moins accueillantes. Un élément répétitif est rendu visuellement intéressant avec la dispersion: par exemple, une ligne de bornes peut être mélangée avec des lampadaires, des clôtures, des poubelles, des sièges et des enseignes dans des styles similaires ou complémentaires afin de créer un intérêt visuel cohérent tout en servant de périmètre de sécurité.

Changer les types de barrières peut également signifier modifier la combinaison de niveaux de sécurité, en fonction de l’endroit où se trouve la barrière sur un site. Même si un arbre ou un panneau peut être renversé, c’est un obstacle que les conducteurs évitent. Une voiture qui roule sur de tels obstacles est ralentie et se comporte de manière erratique.

Les petites bornes décoratives avec des chaînes basses améliorent la zone à l'extérieur d'un bar

Un design de qualité mélange une variété d’éléments comme des bornes, des lampadaires, des enseignes et des clôtures dans des styles complémentaires.

Des bornes dans un périmètre de sécurité

En tant que poteaux de signalisation de la route dans un paysage de rue, les bornes sont souvent un ajout rentable et discret aux plans de périmètres de sécurité. Petits, discrets, ils sont suffisamment espacés pour permettre le passage aux fauteuils roulants, aux scooters et aux cyclistes, mais assez rapprochés pour arrêter les voitures. Les bornes viennent dans une variété de styles pour correspondre à l’architecture et la conception de presque n’importe quel paysage de rue, tout en complémentant d’autres fonctionnalités comme des bancs et des lampadaires. Les bornes placées devant de nouvelles plantations d’arbres peuvent «renforcer» discrètement l’arbre en un élément de sécurité.

En tant que guides visuels, les bornes décoratives à faible impact guident le comportement attendu. Même une borne à faible impact peut s’avérer un moyen de dissuasion pour les gens. L’hésitation quant à savoir si une borne est résistante aux chocs ou non peut être tout ce qui est nécessaire pour éloigner un conducteur mal intentionné d’un espace de rassemblement. Même si ce n’est pas le cas, les bornes métalliques à faible impact sont toujours des obstacles qui feront du bruit et causeront des dégâts en cas de collision. En tant que barrières directives, leur présence comporte un aspect psychologique. Ils créent une attente de comportement et tout écart de conduite attire l’attention sur lui-même.

Cependant, en termes de pouvoir d’arrêt, il existe deux principales formes de bornes de sécurité disponibles.

Bornes anti-terroristes

Les bornes anti-terroristes, également connues sous le nom de bornes anticollision ou anti-bélier, sont actuellement un sujet populaire dans les bulletins de nouvelles. Ils sont parfois confondus avec des bornes de sécurité qui sont également conçus pour protéger les biens et les personnes contre les voitures.

En 2003, le Ministère de la Défense a publié une mise à jour de la définition du système de classement K-Ratings. Celui-ci avait toujours été un système évaluant le pouvoir d’arrêt des meubles tels que les planteurs, les clôtures, les barrières et les bornes mais les mises à jour ont été conçues spécialement pour la prévention des bombes transportées par les voitures contre des bâtiments. À ce sujet, les cotes mises à jour ont indiquées qu’un objet pourrait empêcher le camion d’un camion de taille moyenne de parcourir plus de 150 pieds après un impact à des vitesses variées. Ces K-Ratings ont été remplacées par un système complet d’évaluation des collisions ASTM qui évalue différentes tailles de voitures et différents niveaux d’intrusion après la barrière.

Des barrières anticollision, en conjonction avec d’autres mesures de sécurité, sont maintenant requises autour des édifices gouvernementaux. Ils sont recommandés autour de tous les sites fixes hautement ciblés qui pourraient attirer une voiture piégée ou une autre attaque de véhicule.

Les bornes anti-véhicules (anti-terroristes) sont souvent assez dispendieuses. Un ensemble de trois bornes antiterroristes simples et permanentes peuvent coûter jusqu’à 50 000$. Un système hydraulique rétractable peut coûter beaucoup plus cher, valant des centaines de milliers de dollars pour une installation et des millions de dollars pour un site au complet. Bien que ces bornes anti-terroristes soient extraordinairement importantes pour les zones ciblées, elles peuvent être impraticables pour certaines installations, ou mieux utilisées comme composants de périmètre rapproché pour d’autres.

Bornes de sécurité pour les zones à grande circulation

Les villes et les bâtiments peuvent avoir de larges zones de trottoirs achalandés ou d’espaces verts à protéger, ce qui rend rapidement les bornes anticollision beaucoup trop dispendieuses. Heureusement, les bornes de sécurité standard continuent d’être une bonne alternative pour la protection des personnes et des biens contre les véhicules. Un groupe de bornes de protection est un moyen efficace d’empêcher une voiture ou un camion de se faufiler dans les espaces publics.

L’objectif d’un terroriste est de causer le plus de dégâts possible lors d’une attaque. Bien que les bornes de sécurité ne soient pas notées avec précision, elles demeurent de puissants obstacles. Dans la plupart des cas, ils arrêtent avec force un véhicule de petite à moyenne taille, même si une plus grande partie du châssis franchit la ligne que les bornes anticollisions établiraient. Leur puissance d’arrêt précise n’est pas aussi bien connue, mais le coût d’installation est immensément moins élevé, ce qui les rend rentables sur des tronçons plus longs où une protection est nécessaire.

En tant que moyen de dissuasion moins dispendieux mais efficace, les bornes de sécurité sont fonctionnelles pour la protection des zones où se rassemblent de grands groupes de personnes. Elles sont assez communes dans notre paysage pour rester discrets: ce n’est que lorsqu’on y porte vraiment attention qu’on se rend compte qu’elles sont partout, protégeant les vitrines et les compteurs de services publics, guidant les voitures dans les stationnements et à côté des fenêtres du service au volant et assurant la sécurité des voies de circulation et les pistes cyclables. Elles peuvent être faites pour améliorer la beauté du paysage si vous le souhaitez et disponibles dans de nombreux styles architecturaux.

Dans les zones à grande circulation, les bornes n’ont pas besoin d’être anti-bélier pour être efficaces.

Une ligne de lourdes bornes protectrices noires avec des ours gravés en guise de tête protègent le Capitole de l’état de la Californie
Les bornes de sécurité attrayantes, même lorsqu’elles ne protègent pas contre les impacts, protègent les édifices importants.

Une culture de civilité

Lors de la planification des espaces communautaires, il est important de protéger les gens sans laisser la culture de la peur diminuer la vitalité qui encourage l’engagement. Une façon de faire est de s’assurer que les valeurs de la communauté sont incluses dans la planification de la sécurité. Lorsque cela est possible, assurer la sécurité à l’aide de commodités de bienvenue, comme des sièges, de la verdure, des supports à bicyclettes ou des fontaines d’eau, permet aux planificateurs d’aborder les problèmes de conception de façon holistique.

Ces mobiliers peuvent être dispendieux, de sorte que le concepteur urbain doit également se tourner vers d’autres options. Une autre caractéristique commune dans le paysage urbain est la signalisation, informant le public du comportement attendu dans une zone. Les bornes, ces petits poteaux discrets qui peuvent se fondre dans leur environnement, communiquent des messages et dissuadent les transgressions. Moins directives que des panneaux, elles sont toujours efficaces pour guider les gens et la circulation. Les bornes de protection constituent un excellent ajout à la planification urbaine car elles produisent le double emploi d’une manière rentable, encourageant le comportement civil tout en défendant ceux qui sont dans leur communauté et créant ainsi des sociétés dont nous pouvons tous profiter.